headerheaderheaderheaderheaderheaderheaderheader
header
headerheaderheaderheaderheaderheaderheaderheaderheaderheaderheader
header
Cartes SD

picture


Les cartes SD sous FireTOS:

Le FireBee supporte les cartes SD (Secure Digital) sous FireTOS sans aucuns drivers additionnels. La première partition d’un carte SD doit être montée en tant que lecteur A, faisant office de remplacement du lecteur de disquette. Il suffit de formater proprement la carte SD pour la rendre utilisable par le FireBee. La partition peut s’étendre jusqu’à 2 GB, sachant que les cartes SD de faible capacité sont pratiques pour les échanges rapides de données. Le FireBee utilise toujours le mode SPI pour accéder aux cartes SD.

Habituellement, le FAT16 est le format préconisé pour le système de fichier, néanmoins les formats FAT32 et ext2 sont disponibles sous MiNT et en sont l’implémentation la plus mature. MiNT serait, donc, plus particulièrement recommandé ici. Les cartes SD fonctionnent également en FAT12 sous FireTOS (testé avec des cartes plus anciennes et de plus faible capacité (e.g. 8MB)).

FireTOS, à l’instar de MiNT monte la première partition en tant que le lecteur A. Depuis la version BETA rendue publique en mars 2014, il est possible d’utiliser plus qu’une partition sous FireTOS. Il est à noter que les cartes SD peuvent être également accédées sans drivers spécifiques, ce qui les rend disponibles très tôt durant la phase de démarrage (avant même que le FPGA soit initialisé). Cette fonctionnalité sera d’ailleurs utilisée pour les mises à jour de FPGA, lorsqu’elle sera implémentée.

Lorsqu’aucune partition de démarrage n’est trouvée sur les périphériques IDE ou SCSI/ACSI ou que ceux-ci ne sont pas connectés, le FireBee utilisera la première partition de la carte SD comme partition de démarrage. Ceci est très utile pour tester rapidement les configurations de démarrage dans le sens où il est plus aisé d’extraire et remettre une carte SD que la Compact Flash du FireBee.

Bon à savoir: Au démarrage, les routines du TOS original scannent le lecteur A pour trouver les fichiers de startup. Comme nous l’avons vu, il peut être soit un lecteur de disquette (probablement non connecté) soit une carte SD, et donc cette dernière accélèrera notablement le processus de démarrage.

La version beta de FireTOS apparu 2014 apporte de plus grandes améliorations comparées aux versions précédentes.
Tout d’abord, on retrouve la fonctionnalité «plug & play» pour les cartes SD qui réduit drastiquement le temps de détection de la présence de carte au cours du démarrage (la LED de la carte SD ne clignote plus). Si aucune carte n’est insérée durant le démarrage, le système attendra 10 secondes durant lesquelles la LED clignotera indiquant que la carte peut être encore insérée.
Deuxièmement, le support des partitions multiples a été implémenté. Comme évoqué plus haut, la première partition correspond au lecteur A. La seconde peut être utilisée comme lecteur B (à la condition que le ram-disque du TOS ne soit pas utilisé).
L’utilisation des données sur ces partitions conserve les drivers disponibles comme le FAT16 (jusqu’à 2 GB) sous TOS et FAT32/ext2 sous MiNT. Les limites du TOS existant restent inchangées.

picture
Le correctif de l’ «USB hub task» a été également implémenté. Ce qui permet aux utilisateurs qui veulent démarrer leur FireBee avec FreeMiNT, sans qu’aucune carte SD ne soit insérée ou mappée en tant que A:, peuvent utiliser les périphériques USB tels que des clés ou autre disques flash).
Auparavant, les périphériques de stockage USB était reconnus, uniquement s’ils étaient connectés avant le démarrage quand aucune carte SD n’était insérée.

Les vitesses de transfert suivantes peuvent être obtenues sous FireTOS:
Lecture : (copie à partir de la carte SD vers la Compact Flash) : 570 KB/s
Ecriture : (copie à partir de la Compact Flash vers la carte SD) : 200kB/s

Les cartes Micro SD via adaptateur fonctionnent également. A ce jour, aucun problème d’incompatibilité n’a été relevé. Pour le moment les cartes SDXC et SDHC ne peuvent être utilisées avec FireTOS.


Les cartes SD sous EmuTOS:

EmuTOS supporte les cartes SD depuis 2013. Les partitions multiples peuvent être utilisées. Les partitions (lettre des lecteurs) de la carte SD peuvent être triées après celles de la Compact Flash. Si, par exemple, votre Compact Flash est montée en tant que lecteur C, les partitions de la SD seront alors nommées à partir du lecteur D. Depuis la version 0 .9.2 de février 2014, EmuTOS manipule les cartes SD exactement comme des disques durs et supporte le changement à chaud (changement de carte durant une opération) reprenant le fonctionnement des lecteurs de disquettes. EmuTOS supporte également les cartes SDHC et SDXC avec les limitations connues du TOS, ou bien celles du format FAT32 ou ext2 dans le cas où MiNT serait actif.

Les versions antérieures d’EmuTOS nécessitaient un système de base (BaS_gcc) dans sa version 0.8.1 au minimum pour optimiser le driver original de Medusa. Via une astuce, ce driver permettait à EmuTOS de fournir l’adresse de la nouvelle interface XHDI du BaS_gcc. Ceci est n’est plus d’actualité depuis la version 0.9.2 d’EmuTOS qui intègre son propre support de carte SD. Désormais, la version du BaS n’importe plus : les services concernant les cartes SD du BaS_gcc peuvent toujours être utilisés mais ne sont plus essentiels.

Les vitesses de transfert obtenues avec EmuTOS sont :
Lecture : (E/S fichier GEMDOS) : 1000 KB/s.
Écriture : (E/S fichier GEMDOS) : 580 KB/s.

Ces valeurs ont été mesurées sous FreeMiNT avec des cartes SDHC de classe 2. Les caches du système de fichier de MiNT doit être désactivés, car il n’y a plus moyen de les vider pour réaliser le swap à chaud.

Les vitesses de lecture/écriture sur les précédentes versions d’EmuTOS avec le Bas_gcc sont sensiblement plus lente (max 125 KB/s) en fonction du type de carte SD.



Des accroissements de vitesse pour EmuTOS ou FireTOS seront rendu possibles par une future implémentation d’un vrai mode SD dans le FPGA. Actuellement, les quatre pins série des cartes SD, utilisées pour le «vrai mode SD» sont connectées au FPGA mais ne sont pas utilisées. Pour le moment les cartes SD sont pilotées par le bus SPI du ColdFire. Cet ajout d’interface permet la disponibilité très tôt de la carte SD durant le processus de démarrage (avant même le FPGA).

Le contrôle du loquet de sécurité des cartes SD n’est pas encore supporté sur le FireBee. De ce fait, les cartes SD peuvent toujours être écrites malgré la position du loquet de sécurité.
Dernières actualités
COVID-19 Watcher
2020-03-30:
Si vous possédez un Atari connecté à internet, vous pouvez désormais suivre l’évolution ...
En savoir plus...
Archive d'Add-On pour FireTOS
2019-08-12:
L'équipe ACP a composé un ensemble de logiciels utiles, afin de vous offrir dès ...
En savoir plus...
Les Atari 8 bits débarquent sur FireBee
2019-05-01:
"Atari800" est un émulateur d’ordinateurs Atari 8 bits comme les 400/800, les ...
En savoir plus...
Fils RSS | Conditions d'utilisation | Plan du site